Il s’est cassé le bout du nez, pirouette, cacahuète!

Il y a des boulots comme ça qui ne te laisse jamais vraiment tranquille, même en vacances.

Aujourd’hui, alors que je fais la queue au guichet unique de la charmante petite gare SNCF la plus proche de chez moi, et que j’entreprends d’avancer dans mon bouquin vu que les personnes devant n’ont pas l’air très pressé, je vois arriver, titubant, un monsieur qui se met tout au bout de la file (donc 3 places derrière moi).

Malgré la distance qui nous sépare, les relents de bière remontent jusqu’à moi. Les quelques personnes entre nous commencent rapidement à manifester quelques gênes à côtoyer d’aussi près ce monsieur. Imperturbable, je ne lève pas le nez de mon bouquin. Au bout de quelques secondes, voilà ce brave monsieur qui commence à râler, doucement, certes, mais à râler quand même : « hé bin ça avance pas! faudrait se bouger le cul là devant! j’ai un train qui arrive bientôt! pas un pour me laisser passer! on se croirait à la poste! » etc…

Les personnes qui étaient derrière moi jusqu’à présent sont désormais à mon niveau. A ma droite la jeune fille montre des signes d’impatience, et à ma gauche la dame fait vachement bien semblant de pas entendre ce que dit notre ami (elle regarde successivement à ses pieds, puis en l’air en sifflotant).

Toujours imperturbable, ou presque, j’essaye d’étouffer les rires qui me montent!

Au bout de quelques minutes (3? 5? 20? il y a des fois où le temps semble s’être arrêté), alors qu’il entreprend d’allumer une clope (on est dans une gare, c’est normal), le brave monsieur lâche son briquet, et, idée lumineuse, tente de le ramasser… et là… et là…. et là…. BAM! il part en avant et se mange en pleine face le poteau qui permet de matérialiser la file d’attente.

Instinctivement, les braves âmes qui m’entoure se reculent, toutes, et loin. Moi, sans même réfléchir, dans un élan contraire je me jette sur cet homme affalé à mes pieds qui commencent à pisser le sang du nez.

Ni une, ni deux, tout le monde reste éloigné! Tout de même, la guichetière se précipite, d’abord pour me donner des mouchoirs, que je transmet au monsieur, puis pour appeler les pompiers. Une autre dame me tends du bout des doigts un kleenex qu’elle me jette presque pour ne pas trop approcher. On a décidé, d’un commun accord tacite, visiblement, que c’est moi qui gère la situation.

Me voilà donc, dans cette charmante gare, accroupie, essayant de convaincre une personne que je ne connais absolument pas de rester assise le temps que les secours arrivent.

« Mais j’ai rien, je vous jure, c’est rien »

« Monsieur, votre nez fait un angle, c’est pas normal, en plus vous saignez beaucoup »

« Mais, non, c’est rien (il baisse la voix) c’est juste que j’ai un peu bu »

« Sans déconner? J’aurai pas dit! » »

Il insiste bien sûr pour se relever, j’essaye de le convaincre d’attendre assis sur un banc, il refuse vu qu’il doit prendre le prochain train. Il retombe, de tout son long, évidemment, mais cette fois les mains en avant (ça s’appelle le métier qui rentre!). J’arrête de faire la gentille et je prend ma voix de « maman du boulot » : « maintenant ça suffit, je vous aide à vous relever, et vous aller sur le banc attendre les pompiers! »

(petite voix) « d’accord »

Je m’assois avec lui. Je commence à connaitre ce genre de bonhomme, il est foutu de se relever encore, d’essayer de se barrer ou de prendre son train et de retomber à nouveau! On discute un peu, il à peur qu’on est appelé la police.

Au guichet, c’est censé être mon tour, les gens me proposent de passer, comme prévu. Je décline, j’ai le temps. Mon nouvel ami me répète en boucle qu’il n’a rien fait de mal, que pour son nez c’est rien (les pompiers ont confirmé que non, c’est pas normal!), ça doit dater des autres fois, mais que par contre l’oeil qui gonfle c’est nouveau. J’apprends qu’il travaille dans la mairie de son village, et que ce n’est pas la première fois qu’il arrive dans cet état à la gare et qu’il n’avait jamais eu de problème jusque là.

ENFIN, les pompiers arrivent (ils ont été rapides pour de vrai.), je laisse l’ami entre leurs mains .

De retour au guichet, je reprend ma place dans la file. Tout le monde me remercie, me félicite pour mon courage (j’ai même le droit de passer derrière le guichet pour me laver les mains \o/), on me demande mon métier etc…

Quand je ressors de la gare, les pompiers sont toujours devant, je suis prise d’un fou rire : ce satané boulot me suit partout, dès qu’il y a un « cas soc’  » quelque part il est pour moi! Et puis, je me remémore la scène au ralenti…

Ce monsieur est tombé et tout le monde s’est poussé, il s’est, de manière très visible, fracturé le nez, et personne ne s’est approché… mais en quoi est si « extraordinaire », « courageux » ou en rapport avec mon métier ce que j’ai fait? Faut être diplômé pour aider quelqu’un à se relever?

J’ai appris deux choses à la gare aujourd’hui :

  • un nez peu prendre une forme vraiment étrange
  • il ne faut jamais se trouver en difficulté dans un lieu public ou dans la rue

 

 

 

Publicités

Publié le 7 octobre 2012, dans Au boulot!, Très cher Journal,..., et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

la vie en livre

parce qu'à l'heure de la crise rien ne vaut un bon livre pour s'évader, je me propose de vous faire découvrir mes lectures et mon avis sur celle-ci... bien entendu je ne me prétends pas critique littéraire.

Le souffleur de mots

Des mots et des photos sur la nature et sur l'Humanité

La Rue du Sabot

Association Lilloise de danses traditionnelles

Pomme au four... et au moulin

Spécialisée en rien, donc en tout!

Fais Découvrir Ton Son

Cette page a pour but de mettre la lumière sur des artistes indépendants et peu diffusés dans les médias, mais avec des productions de qualité dans tous les styles.

Le blog d'un odieux connard

Qu'il est bon d'être mauvais.

Orion en aéroplane

Blog culturel

Journal contre la #PesteBrune

par Mister GdeC, Gauchiste, Antifasciste et Libertaire. je me radicalise sur les internets. Chasseur de #haters. Du fight et des bisous.

La carotte est cuite

Les tribulations d'une apprentie bec-sucré un brin fainéante.

lehuitiemeblog

Chassez le naturel il revient au canot

140.000 Caractères

Analyse subjective d'une vie ordinaire.

Morve d'azur (et lichens de soleil)

Quelques mots sur des livres...

Raconte moi l'Histoire

Vulgarisée et souvent vulgaire.

Dans ma blouse

Penser pour mieux panser. Un blog infirmier.

Mode By Sand

Blog d'une Lilloise passionnée de mode et de fait main !

Ma Cuisine et Vous

Quelques recettes juste pour vous

Rituximab_oul

Un infirmier dans la jungle de la santé

existence !

blog de philosophie imprévisible, dir. Jean-Paul Galibert

Les petites mailles d'Adé

Bienvenue dans mon petit atelier tricot-crochet-couture! Attention à ne pas vous piquer avec les aiguilles qui traînent!

moneyade's Blog

The greatest WordPress.com site in all the land!

Pimp My Tips

Mes essais nailartistiques...

Docteur Nova

"Ce sera difficile..." Tant que c'est pas impossible! ;-)

Le jardin de Natiora

Blog littéraire

%d blogueurs aiment cette page :