Archives Mensuelles: avril 2013

Chez le docteur

« Ha non mais ce que vous avez c’est du au stress. Vous faisiez quoi? Educatrice? C’est très usant comme métier. Très peu continue dans cette branche. Le seul de mes patients qui l’a fait à fait un énorme infarctus récemment. E-NOR-ME! »

 

 

 

help….

 

« Papa, c’est quoi être éduc’? »

Voilà une réponse, non exhaustive, de ce qu’est le travail d’éducateur spécialisé. Finalement ça répond assez bien à mon premier article : « Spécialisée en quoi? »

Merci Marianne de m’avoir transmis ce texte. Il est en ligne sur le site de l’ONES

« Papa, c’est quoi être éduc’ ? »

« Être éduc’ spé mon fils c’est t’occuper…

….des drogués, des clodos, des ruinés, des claqués, des violés, des battus, des maltraités, des perdus, des disjonctés, des perdants, des illuminés, des délirants, des tarés, des mangeurs de caca, des taulards, des tordus, des accidentés, des inconscients, des pauvres, des très pauvres, des très très pauvres, des miséreux, des traînées, des qui se traînent, des malades, des condamnés, des sanctionnés, des fatigués, des suicidaires, des vieux, des jeunes, des familles, des enfants, des hommes, des femmes, des français, des immigrés, des sans-papiers, des avec papiers, des avec des faux-papiers, des avec des vrais-faux-papiers, des sans-noms, des sans-slips, des sans-espoirs, des cassés d’une jambe, d’un bras, du dos, de la colonne, du cerveau, de la vie, des méchants, des très méchants, des gentils, des cons, des très cons, des pervers, des beaux, des moins beaux, des moches, des très laids, des repoussants, des répugnants, des puants, des petits, des moyens, des grands, des bons, des mauvais, des paresseux, des fuyards, de la violence, de la colère, de la haine, de la culpabilité, du dégoût, du désespoir, de la souffrance, du déchirement, des séparations, des pleurs, des bobos, des chagrins, des câlins, de la folie, de l’absurdité, des aberrations, des injustices, des injures, des vexations, des humiliations, des blessures, de la honte, de la paperasse, des rapports, des courriers, des évals, des projets, du vomi, du juge, de l’avocat, du médecin, du préfet, de l’inspecteur, des keufs, des administrations, du maire, des chiottes bouchées, des culs à torcher, des douches à donner, des fausses routes, des béquées, de la porte à ouvrir, de la porte à fermer, des manques, des manques, et des manques, des besoins, des non-dits, des secrets, des beaux secrets, des secrets dégoûtants, des besoins, et des besoins, de prendre rendez-vous, de donner un rendez-vous, et un autre, et un autre, et un autre, et puis un autre et encore un autre, des demandes dites et non-dites, des demandes montrées et non-montrées, de l’ampoule grillée, de ce que tu dois deviner, du standard qui sonne, des réponses pas bonnes, des fugues, des alertes, des cris, des coups de pieds, de poing, de tête, des symptômes, des médocs, des cafards que tu ramènes chez toi, de la galle qui gratte la nuit, des puces éventuellement, de la tuberculose qu’on t’a refilé, de ta peur de chopper le sida, une hépatite, des problèmes de ton équipe, des déménagements, des emménagements, des aménagements, des ménagements, des politiques publiques, des cartons de l’autre, des stagiaires, des collègues, des éducs !, des statistiques, et même des faussées, de prendre le temps et du temps encore, des combats même quand c’est pas les tiens, de comprendre et d’aider à comprendre même quand on y comprend vraiment quedal, de ta propre violence, de ton agressivité, de ton dégoût, de ta haine, de ton affection, de ta séduction, de ton désespoir, de ta souffrance, de tes écoutilles en les ouvrant très grand !, de ton déchirement, de tes séparations, de tes pleurs, de refouler tes larmes, de tes bobos, de ta culpabilité, de tes chagrins, de tes câlins…, c’est regarder le temps sans regarder les heures, c’est penser et repenser, à comment tu vas faire, comment tu vas panser, qu’est-ce que tu vas faire, pourquoi, pour quand, avec qui, pour qui, pour quoi…., c’est résister aux certitudes, aux mangeurs de complexité, aux simplismes, aux simplistes, aux convenances, aux petits arrangements, aux standards, au conformisme, c’est te blinder contre la connerie, c’est être là. »

Une semaine qui commence bien :-)

Ce matin dans ma boite mail :

Bonjour,

 Vous avez participé au concours dans les commentaires du vendredi 19 avril sur le blog des Paresseuses; on a adoré, et on vous a choisie !

Toutes nos félicitations ! Vous remportez le livre Briller en Ville par les Paresseuses que nous vous envoyons avec plaisir.

Effectivement, je traine de temps à autre sur le Blog des Paresseuses et ce vendredi là j’avais mis un commentaire sur ce billet. La consigne :

Racontez-nous un soir où vous avez brillé ou pas brillé en ville (c’est comme vous voulez), faites-nous rigoler ou pleurnicher (ça aussi, c’est comme vous voulez)… bref, soyez brillantes dans vos comments !

paresseuse

Je vais donc recevoir dans quelques temps « Briller en ville par les paresseuses » et me la péter grave dans toutes les soirées mondaines de la métropole!!!

Merci le Blog des Paresseuses!!!!! 😀

image002

Après la plage sous les pavés.

140.000 Caractères

Il y a 45 ans, elle était grimpé sur les épaules de Louis. Paris grondait. Son bas-ventre chaud bouillonnait de possible et d’envie. Moulée dans une jupe trop courte pour les vieux, elle avait hurlé qu’il fallait jouir sans entrave. Louis avait crié qu’il était interdit d’interdire. Sa tête avait tourné, le sourire aux lèvres, elle était heureuse et libre. Tard, au bout de la nuit, ils avaient couru sur les pavés sur la plage et s’étaient endormis au chaud du creux de leurs bras encore tremblants d’avoir été tendus. Vers le ciel. Et tout le reste. Au fond, un saphir avait fini sa course sur le vinyle et un craquement léger et répétitif avait habillé leur nuit.

Et puis la vie. Et tout le reste.

Elle perdit Louis de vue, rencontra Michel, appris la dactylo, épousa Michel. Homme d’affaire redoutable, il subvenait à leurs besoins. Elle trouva un travail…

View original post 227 mots de plus

la vie en livre

parce qu'à l'heure de la crise rien ne vaut un bon livre pour s'évader, je me propose de vous faire découvrir mes lectures et mon avis sur celle-ci... bien entendu je ne me prétends pas critique littéraire.

Le souffleur de mots

Des mots et des photos sur la nature et sur l'Humanité

La Rue du Sabot

Association Lilloise de danses traditionnelles

Pomme au four... et au moulin

Spécialisée en rien, donc en tout!

Fais Découvrir Ton Son

Cette page a pour but de mettre la lumière sur des artistes indépendants et peu diffusés dans les médias, mais avec des productions de qualité dans tous les styles.

Le blog d'un odieux connard

Qu'il est bon d'être mauvais.

Orion en aéroplane

Blog culturel

Journal contre la #PesteBrune

par Mister GdeC, Gauchiste, Antifasciste et Libertaire. je me radicalise sur les internets. Chasseur de #haters. Du fight et des bisous.

La carotte est cuite

Les tribulations d'une apprentie bec-sucré un brin fainéante.

lehuitiemeblog

Chassez le naturel il revient au canot

140.000 Caractères

Analyse subjective d'une vie ordinaire.

Morve d'azur (et lichens de soleil)

Quelques mots sur des livres...

Raconte moi l'Histoire

Vulgarisée et souvent vulgaire.

Dans ma blouse

Penser pour mieux panser. Un blog infirmier.

Mode By Sand

Blog d'une Lilloise passionnée de mode et de fait main !

Ma Cuisine et Vous

Quelques recettes juste pour vous

Rituximab_oul

Un infirmier dans la jungle de la santé

existence!

Le site de Jean-Paul Galibert

Les petites mailles d'Adé

Bienvenue dans mon petit atelier tricot-crochet-couture! Attention à ne pas vous piquer avec les aiguilles qui traînent!

moneyade's Blog

The greatest WordPress.com site in all the land!

Pimp My Tips

Mes essais nailartistiques...

Docteur Nova

"Ce sera difficile..." Tant que c'est pas impossible! ;-)

Le jardin de Natiora

Blog littéraire

%d blogueurs aiment cette page :